Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Le Conseil Constitutionnel l'axe du mal

Posté par: Just ndiaye| Jeudi 25 février, 2016 11:02  | Consulté 1516 fois  |  0 Réactions  |   

Le président  Américain Obama disait : « le problème des Etats africains est qu’ils ont des institutions faibles », la faiblesse de ces institutions, est due à la faiblesse les dirigeants de ces institutions, ils se plient à la décision d’une autorité supérieure sans base légale. Abdoulaye Wade, quoi qu’on puisse lui reprocher, disait : « On pense généralement l’indépendance de la justice par rapport à l’exécutif, alors qu’il y a beaucoup d’autres contraintes. La question de l’indépendance des magistrats ne se pose pas car, psychologiquement, le magistrat ne veut pas être indépendant. C’est comme des esclaves. On les libère, ils font 200 mètres et ils reviennent pour dire : « je ne sais pas où aller ». Les conseils constitutionnels ont toujours été à la source de nombreux conflits en Afrique. Le cas de la cote d'Ivoire sonne encore sur nos oreilles, le Sénégal a failli basculer en 2012 après l’admission de la candidature de Wade par le conseil constitutionnel. N’eût été l’intervention du marabout mouride demandant à l’opposition de battre campagne, le Sénégal aurait pu verser dans une violence.

Aujourd’hui le conseil constitutionnel met encore le Sénégal dans tous ces états en donnant un avis contraire au président de la république de ne pouvoir demander à son peuple de réduire la durée de son mandat cours.

Le Sénégal est le seul pays au monde où la haute juridiction, sans aucune base juridique, dit non à un président souhaitant demander à son peuple pour modifier la durée de son mandat en cour.

Cette décision (avis) du conseil constitutionnel pourrait servir de jurisprudence et ça serait très grave si nous ne situons dans certains cas; Imaginions que des sénégalais, dans une partie du territoire national, ne puissent pas se déplacer librement pour accomplir leur devoir de vote à une élection présidentielle en raison d’une guerre civile, ou une calamité naturelle, ou épidémie ect…. D’après l’avis du conseil constitutionnel, le mandat en cours du président ne pouvant pas modifié, les élections devront alors se tiendront sans une partie des citoyens sénégalais; si on se tient à la décision du conseil constitutionnel, ce qui est très grave.

Juste pour dire que le mandat d’un président peut être modifié selon les circonstances afin de reporter une élection présidentielle et qui de plus peut de moins. Fort heureusement que c’est n’est pas une décision, c’est juste un avis consultatif qui n’aurait même pas dû être publié par le président de la république parce que c’est un document confidentiel (cet avis aurait pu être classé dans les documents secrets du président).

Il appartient aux magistrats et juges d’assumer leur responsabilité dans l’accomplissement de mission.

Le peuple souverain par le biais de l’assemblée Nationale devrait pouvoir entendre ces magistrats  sur certaines décisions prises. Aujourd’hui les 5 sages qui ont validé la candidature de wade en 2012 aurait dû être entendu par le peuple sur les motifs de leur décision. Et à l’assemblée nationale de rendre un verdict s’ils seront radié ou pas pour faute grave. C’est grave de donner plein pouvoir à un homme « fait ce que bon te semble et rien ne pourrait s’en suivre » Seul Dieu a ce pouvoir.

 L'auteur  Just ndiaye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés: Senegal, Dakar, Just Ndiaye
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
Just ndiaye
Blog crée le 02/10/2013 Visité 136747 fois 59 Articles 1126 Commentaires 19 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires
Non Augustin "Nous Tous Bouba"
La réévaluation du FCFA : il est temps!!!!
La corruption : la face honteuse de la vie politique sénégalaise
KARIM LIBERE ABDOULAYE
Liberté d'expression